Chypre, les petits secrets d’Aphrodite

Aphrodite, la déesse de l’amour et de la beauté, serait née sur les rivages de Chypre. A 4 heures de vol de Paris, cette île solaire cultive la légende et vous chouchoute dans ses spas. Côté plage ou côté montagne, laissez-vous tenter…

Grand soleil et ciel azur : dés l’arrivée à l’aéroport, le ton des vacances est donné. Déjà, la voiture file sur l’autoroute du sud, direction la station balnéaire de Paphos. Tout droit sortie d’une carte postale, sa longue baie s’étire paresseusement à l’ombre des palmiers. Réservée aux piétons et aux joggeurs, une promenade relie les petites plages de sable blond, à l’ouest, au vieux fort ottoman. Depuis les jardins de l’Almyra Beach Hotel, la vue est simplement à croquer. Architectures blanches, arcades ombragées, allées pavées, fleurs et bassins, ce 4* familial cultive l’esprit méditerranéen. Jusque dans la carte du Spa, qui décline soins aux algues marines, aux herbes aromatiques, aux extraits de citron, au yaourt et au miel. Si on se laissait tenter ?

Sur la piste d’Aphrodite/ Objet de culte durant toute l’Antiquité, la déesse Aphrodite, dit la légende, serait née sur les rivages de Chypre. Difficile de rêver meilleure publicité pour cette île baignée de soleil de mars à novembre, qui se positionne aujourd’hui comme la meilleure destination « bien-être » de Méditerranée. Plus de 35 hôtels-spa y proposent leurs services, allant du simple soin du visage à la véritable cure thermale, dans des décors dignes du Mont Olympe. Une question nous titille pourtant : où est donc Aphrodite? Bien sûr, on peut aller admirer de près la gracieuse Aphrodite de Soloi (Ier siècle av. JC) au musée archéologique de Nicosie. Mais pour renouer le fil de l’histoire, il faut aussi partir sur les chemins de l’île avec un guide local. L’enquête commence au milieu des vestiges du port antique de Paphos, reconstruit par les Romains au IIe siècle après JC. Là, en bord de mer, se dressent les ruines de belles villas patriciennes. La mieux conservée? C’est la Maison de Dyonisos. Autour de son atrium à ciel ouvert, on découvre des pièces de réception aux sols tapissés de mosaïques chatoyantes, réputées les plus belles de toute la Méditerranée : Dyonisos paradant sur son char tiré par des panthères, Apollon pourchassant Daphné, Narcisse rêvant sur son rocher… Tous les héros de la mythologie sont là, sauf Aphrodite !

Pour retrouver sa trace, on suit le parcours des pèlerins d’autrefois. « Chaque année, dans l’Antiquité, des milliers de fidèles débarquaient au port de Paphos pour assister aux Aphrodasies, les fêtes rituelles en l’honneur de la déesse », explique Akis. La procession se déroulait jusqu’à Petra tou Romiou. » A quelques kilomètres de la ville, au pied des falaises blanches, ce rocher solitaire s’avance sur la mer. En ce matin de printemps, quelques baigneuses barbotent dans l’eau claire. C’est ici, racontent les poètes grecs, que la belle Aphrodite aurait surgi des eaux, née de l’écume et vêtue de sa seule nudité. Elle aurait alors marché sur un chemin de roses, jusqu’en un lieu demeuré sacré. L’ancien sanctuaire d’Aphrodite existe toujours, près du village de Kouklia. Aujourd’hui, ce n’est plus un champ de ruines écrasé de soleil et dévasté par les tremblements de terre. « Mais durant des siècles, un temple plusieurs fois reconstruit a honoré ici la déesse de la fécondité, rebaptisée Aphrodite par les Grecs, poursuit notre guide-archéologue. Le culte était organisé par des prêtresses-prostituées, qui offraient leurs corps aux fidèles. » Dans le beau musée attenant au site archéologique, on admire désormais les idoles en terre cuite retrouvées au cours des fouilles: seins nus, les bras levés en signe de bénédiction, certaines sont émouvantes de beauté. Mais la plus étonnante des pièces exposées est une grosse pierre volcanique, taillée en forme de cône et mille fois polie par les mains des fidèles. « L’Aphrodite de la préhistoire, c’est elle ! , sourit Akis. Car avant d’arborer les traits d’une jeune nymphe, la déesse de l’amour a pris bien des aspects… »

Inutile d’être déçu. Sur la place du village de Kouklia, s’alignent de petites tavernes aux chaises bleues. Des anciens jouent aux cartes, un pope en soutane démarre sa mobylette. On s’attable en terrasse, pour savourer brochettes d’agneau grillées et salade tomates-feta, sur une bière bien fraîche. Et divine surprise : la serveuse pourrait bien être l’arrière petite nièce d’Aphrodite, avec ses beaux yeux en amande ! Le programme de l’après-midi ? Baignade ! De Coral Bay à Polis, au fil de la péninsule d’Akamas, s’égrainent des plages vierges aux eaux limpides. Au détour de la piste, un sentier semé de figuiers sauvages s’aventure jusqu’à un bassin d’eau douce, creusé naturellement dans une grotte de verdure : ce sont les fameux bains d’Aphrodite, où la déesse venait puiser le secret de son éternelle jeunesse… En fin d’après-midi, on rentre à Paphos par les chemins buissonniers : Smigies, Neo Chorio, Drouseia, les panneaux des hameaux aident à se repérer sur la carte. Là-haut, sur le plateau, le soleil noie d’or les champs de blé, les vieux oliviers. Ici et là, pointe une cabane de pierres sèches. Devant la voiture, un vieux berger pousse sans se presser son troupeau de moutons…

Au cœur des Monts Troodos/ Mais l’art de vivre chypriote se savoure aussi côté montagne. A une trentaine de kilomètres de la côte, près du village de Miliou, l’ancien monastère d’Ayii Anargyri domine une vallée plantée de citronniers. Bâti au XVIIe siècle, il abrite désormais un hôtel-spa réputé. Autour de la piscine bleue, la bâtisse a gardé son cachet historique : murs de pierres sèches, passages en ogive, vieux cloître rêveur… Mais les cellules des moines sont devenues chambres douillettes et dans le spa flambant neuf, on se relaxe aux eaux de source naturelles, riches en minéraux. Serpentine, la route se poursuit entre les vignobles en terrasse. Dans la vieille église de Chryssorogiatassa, l’îcone de la Vierge à la Grenade brille à la lueur des bougies, enveloppée de parfums d’encens. Sur la terrasse du kafeneion, à la sortie, une famille fête le baptême du petit dernier. Plus haut, toujours plus haut, s’ouvre la Vallée des Cèdres. Sur les flancs des montagnes, la forêt des grands arbres fait silence. Partout, des sentiers invitent à la balade. Perché sur les sommets, le monastère de Kikko veille sur ses icônes, vieilles de dix siècles. Il aurait été fondé par l’empereur byzantin Alexis Comnène, touché par la piété d’un ermite…

Nous voilà au cœur des légendaires Monts Troodos, où se réfugièrent tant d’îliens pour fuir les invasions sur la côte : Sarrasins, Ottomans, Francs… Dans la belle vallée de Marathasa, la Casale Panayiotis nous accueille au bord d’une rivière chantante. Dans ce vieux hameau, restauré par des passionnés d’histoire, on loge dans de rustiques demeures de pierre. Dalles de schiste gris, poutres en chêne, lit tendu de couvertures en laine tissée : le décor est resté « dans son jus » et fait la part belle à l’artisanat local. Chaque maison dispose d’un patio, orné de fauteuils en osier et de gros oliviers en pot. Au restaurant local, on savoure le plus savoureux mezze de l’île : 15 plats, pas un de moins ! Et dans le spa, aménagé dans une cave voûtée, on se fait chouchouter par les mains expertes de Daisy. La région regorge aussi d’idées de balades. La bonne piste ? Franchir le petit pont vénitien qui enjambe la rivière, s’inviter au monastère Saint-Jean-Lampadistis, aux murs peints de somptueuses fresques du XIIIe siècle, puis filer à travers la garrigue, dans le parfum du ciste et du romarin…

EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Renseignements et formalités. Office du tourisme de Chypre, 15 rue de la Paix, 75002 Paris. Tel : 01 42 61 42 49. visitcyprus.com. Monnaie : l’euro.

Bon à savoir. Depuis 1974, le nord de la République de Chypre est illégalement occupé par la Turquie et l’île se trouve donc coupée en deux. On peut désormais franchir la ligne de démarcation en plusieurs points de Nicosie, la capitale. A pied, on présente sa carte d’identité au check-point de Ledra Street. Les automobilistes désirant visiter le nord en voiture de location doivent obligatoirement souscrire une assurance complémentaire (env. 11 €) au poste de contrôle du quartier d’Agios Dometios.

 Vols et séjours. En septembre, vol AR Paris CDG-Larnaca à partir de 208 €/pers. sur la compagnie régulière Cyprus Airways. Tel : 01 45 01 93 38. cyprusairways.com.

Avec un voyagiste : Voyageurs du Monde propose des séjours et circuits à la carte à Chypre, comme le séjour « L’Almyra entre mythe et déco», 8 j./7 n. à partir de 1500 €/adulte (et à partir de 650 €/enfant dans la chambre de ses parents) incluant le vol AR au départ de Paris vers Larnaca ou Paphos, les transferts privés, l’hébergement et les petits déjeuners en chbre dble Superior Sea View à l’Almyra 5* de Paphos. Tel : 01 42 86 16 39. voyageursdumonde.fr

En liberté : Pour découvrir Chypre en solo, on concocte son itinéraire avec un vol Cyprus Airways, des étapes en hôtels de charme et une voiture de location (à partir de 115 €/semaine, kil. Illimité et assurances obligatoires incluses sur autoescape.com. Tel : 0892 46 46 10). Sur place, il est possible de réserver des visites thématiques avec un guide (à partir de 85 € la demi-journée, hors dimanches et jours fériés. Rens. : cytouristguides.com)

Nos bonnes adresses :

A Paphos, Almyra 5* Beach Hotel. Une adresse design conçue pour les familles, sur la baie de Paphos. Sur place : spa (élu meilleur de Chypre en 2012), 2 piscines, 5 restaurants, clubs enfants et ados. Chbre dble à partir de 210 €, petit déj. buffet inclus. Côté Spa, soins et massages à partir de 35 €. Tel : (+357) 26 888 700. almyra.com.

A Miliou, Ayii Anargyri Spa Resort. Un superbe monastère du XVIIe siècle, devenu hôtel de charme. Sur place, spa, piscine et restaurant de cuisine traditionnelle. Tel : (+357) 26 814 000. Chbre dble à partir de 150 €, incluant le petit-déj. buffet et l’accès gratuit à l’espace piscine-gym-sauna du spa. Côté spa, soins et massages à partir de 35 €. aasparesort.com

Dans les Troodos, Casale Panayiotis. Un hameau de 6 maisons restaurées dans le style traditionnel. Sur place, spa, restaurant, randonnées dans la vallée de Marathassa. Chbre dble à partir de 98 €, petit déj. inclus (+18 €/pers./j. en demi-pension). Côté Spa, soins et massages à partir de 35 €. Tel : (+357) 22 952 444. casalepanayiotis.com

A ne pas manquer : la visite de Nicosie, la capitale de l’île, pour son très beau Musée archéologique et pour ses vieux quartiers. La bonne piste : suivre Ledra Street, qui relie la zone chypriote à la zone turque de la capitale.

Guides. Guide Evasion Chypre, 14,50 €, ed. Hachette

Article publié dans Version Fémina, Mars 2013. 

Catégories

Archives

Pour me contacter

Cet article vous a intéressé ? Vous aimeriez que l'on travaille ensemble ? Contactez-moi par tel au 06 88 64 43 13 ou par mail sur desclos.pascale@gmail.com. Vous pouvez aussi utiliser le formulaire de contact.